Association Française de Protection et d'Assistance aux Personnes Âgées


Communiqué AFPAP du 14 janvier 2010

Que vaut le "Guide de la Dépendance" de Lelong et Jacquet ???

Le "Michelin" des maisons de retraite ???

L'AFPAP - Association Française de Protection et d'Assistance aux Personnes Âgées dénonce le classement des maisons de retraite dans le Guide de la dépendance !

Pour répondre aux vives critiques de l'AFPAP (dans les médias : Var Matin, Le journal de Saone et Loire, ...) , un des auteurs du "Guide de la Dépendance" , MR David Jacquet, (co-auteur du guide avec Mr Patrick Lelong - Journaliste économiste de France Info) s'explique : "Nous ne sommes pas la Bible ! Il y a deux choses "essentielles" que nous n'avons pas prises en compte", explique t'il, "La qualité des soins et la qualité de l'accompagnement".

Un comble pour un guide qui note des maisons de retraite "médicalisées" et qui prétend être spécialisé dans la "Dépendance" !

Ci-dessous la critique de William Rejault ( France 5 ) sur le Guide de la dépendance !

 

Des plaintes de familles indignées ...

L'Afpap a reçu de nombreuses plaintes de familles qui déplorent le décalage entre la note donnée et les prestations apportées à leurs proches, dans le "Guide de la Dépendance".

Pour Christophe Fernandez, Président de l'Association Française de Protection et d'Assistance aux Personnes Âgées : « Il est scandaleux de découvrir que certains établissements bénéficient de notes exceptionnelles alors qu'ils sont signalés chez nous comme faisant l'objet d'enquête des autorités de tutelle, soit pour plainte des familles soit pour non-conformité des locaux. »

L'AFPAP s'interroge également sur les modes d'évaluations des journalistes. Comment s'assurer de la qualité d'un établissement au cours d'une simple visite ???

Dans le quotidien, La Dépêche du Midi du 15 février, une famille fait part de sa colère et de son indignation suite aux conditions du décès d'une parente âgée hébergée dans une maison de retraite ayant obtenu une bonne note dans le "Guide de la Dépendance".

La fille de la pensionnaire décèdée dénonce "des brimades morales, une culpabilisation permanente et un manque de soins". Sa mère présentait une hernie hiatale "et la position allongée était déconseillée". "Le dimanche, faute de personnel, on ne l'a pas levée. Quatre jours après, elle est morte". La famille porte une accusation particulièrement grave : "Non assistance à personne en danger et maltraitance sur personnes vulnérables". Selon ses dires, d'autres familles expriment également des griefs. "Mais elles ont peur de témoigner pour que cela ne retombe pas contre leurs proches, pensionnaires de la maison de retraite". La fille de la personne âgée décèdée, s'étonne du classement de cette maison de retraite dans le Guide de la Dépendance". "Elle voudrait bien connaitre les critères retenus" qui lui ont permis d'obtenir un bon classement dans le guide.

4 enquêteurs pour 8 000 structures !!!

Selon Christophe Fernandez (Président de l'Afpap et co-auteur du livre "On tue les vieux" éditions Fayard ) : « Je trouve par ailleurs le système d'évaluation superficielle et motivée par un système commercial bien orchestré lié à certains annonceurs, poursuit-il. Et il paraît impossible d'évaluer correctement 8 000 établissements avec si peu d'enquêteurs ».

Du côté du guide, on avoue en effet seulement quatre enquêteurs.

"Ce genre de guide est donc dangereux" ...

La FNAPAEF (Association de familles de résidents) dénonce également ce type de classement "dont les auteurs n'ont souvent ni les compétences, ni le temps nécessaires pour définir les qualités d'accompagnement d'un établissement. Les familles vous le diront : on ne connaît vraiment bien un établissement qu'en y venant régulièrement. Que savent-ils en effet de la qualité des repas, de l'aide au repas, du soin apporté à la toilette, de l'encouragement à la marche, de la lutte contre l'incontinence, du respect du rythme de la personne et de ses souhaits (douche quotidienne ou non, heure du lever et coucher etc.) de l'effectif réel du personnel, de sa formation, du conseil de vie sociale... Pour ce guide, comme pour d'autres, des familles nous ont alerté pour dénoncer l'éloge d'établissements dans lequel il y avait beaucoup de dysfonctionnements, ou au contraire s'étonner que des établissements qui portent une attention particulière à l'accompagnement n'y figurent pas.

Dans leur déclaration d'intention les auteurs disent avoir commencé leur enquête en 2005. Nous sommes en 2010 ! En 5 ans, une bonne maison de retraite peut s'être dégradée suite au changement de la direction, au départ de personnel compétent, notamment encadrant, etc. ou au contraire avoir trouvé une nouvelle dynamique et satisfaire au mieux de leurs possibilités les résidents et leurs familles. Ce genre de guide est donc dangereux car il peut orienter les familles vers des établissements qui ne répondront pas à leur attente.

Les auteurs précisent que la seule question et la ligne directrice qui prévôt est simple «Confierions-nous nos propres parents à cet établissement ? »

C'est en effet une très bonne question. Mais sait-on que l'on situe autour de 70% les établissements qui rencontrent des difficultés dues notamment au manque de moyens alloués par les organismes de tutelles, à la difficulté de recrutement d'un personnel qualifié, et à l'épuisement du personnel en place. Sans moyens la bonne volonté ne suffit pas.

Nous invitons les journalistes à écrire un livre sur le thème « Des directeurs d'établissements sans moyens - Des familles aux abois pour financer la maison de retraite ». L'intérêt du palmarès est de montrer le coût des établissements qui justifie le combat de la FNAPAEF et des membres du collectif « Société pour tous les âges » pour un 5ème risque de solidarité nationale".

Le Guide de la dépendance est également mis en cause par william Réjault auteur du livre "Maman, est-ce que ta chambre te plait ?" ( Voir la vidéo sur France 5 du http://www.france5.fr/c-a-vous/?page=videos&integrale=377 )

le scepticisme des directeurs de maisons de retraite ...

Ce classement paru cette semaine dans "le guide de la dépendance" ne fait pas que des heureux... d'après les journalistes de France bleue (Pays Basque - 10/02/2010)
Le guide paru chez JBL editions note sur 10 chacunes des 8000 maisons de retraite de France...
Parmi ces maisons les 63 etablissements des Pyrenées Atlantiques...
La plupart s'en sortent bien avec une note au dessus de la moyenne...
Or, l'un d'entre eux à Ustaritz, ereinté par un 3,5 sur 10, précise que les renseignements donnés dans le guide sont éronés...
Le Caducée d'Ustaritz annonce qu'il attaque les auteurs de ce guide pour diffamation...
Le directeur d'un autre etablissement, la maison Egoa de Bassussary, noté 8 sur 10, s'avoue étonné.

Le président régional de l'ADEPA, l'association des directeurs d'établissement pour personnes âgées Jean Louis Bellemare relève que ce guide n'a pu lui fournir aucune information sur les critères de selection ...

« Les enquêteurs sont passés en 2005, or entre-temps, notre bâtiment a été entièrement détruit en 2008 pour une réouverture en octobre 2009 avec 118 lits au lieu de 80 et de multiples améliorations », remarque Bruno Kurtzemann directeur de Notre-Dame-de-la-Paix à Toulon qui reçoit tout de même un honnête 7,5/10.

Des établissement notés mais fermés depuis ...

Même son de cloche chez Astrid Mambré, directrice de La Châtelaine (Toulon), des Deux-Chênes et des Terrasses d'Amadeus (La Seyne), dont les notations peu flatteuses seraient en partie liées au passage des enquêteurs avant la médicalisation des établissements. Mme Mambré dénonce aussi la présence dans le classement des Fauvettes à la Farlède (4/10) et de Solane à Six-Fours (3/10) alors que ces maisons sont... fermées !

Les auteurs du guide "commercial" se défendent ...

Du côté du guide, on nie toute accointance commerciale. « Nous ne sommes pas achetés par les groupes ! » jure David Jacquet qui dit avoir distribué bons et mauvais points en toute « intégrité » et promet des mises à jour ponctuelles sur le site Internet lié au guide.

La Depeche du Midi dans un article, indique que les visites comme le recensement qualitatif ont été discrets. A Loumet, ce bon résultat surprend d'autant plus que le foyer n'est pas vraiment une maison de retraite puisqu'il n'y a pas de soins médicalisés. La comparaison avec des établissements type EHPAD comme la résidence Le Bariol s'avère donc faussée.

A la résidence Le Bariol, même réaction : fierté pour les quatre étoiles mais scepticisme sur les méthodes d'évaluation. Bénédicte Dragne, directrice adjointe du CHIVA, émet quelques réserves : « les membres de ce guide départemental auraient, selon nos informations, visité l'établissement mais nous n'avons rencontré personne. »

A Noter : une résidence de Paris, bien notée, à fait l'objet d'une mise en cause grave de la part d'une famille qui a déposé une plainte mais aussi de la part des salariés qui ont alerté la DDASS sur leurs conditions de travail ( voir fichier joint format jpg )

A Noter : Les journalistes du quotidien de Saone et Loire affichent également leur scepticisme sur un établissement qui a eu une note bien supérieure à la moyenne alors qu'il fait l'objet d'une enquête des autorités.

A savoir : des groupes de maisons de retraite sont présent comme des annonceurs publicitaire (cf site internet du guide).

Lire la suite : Le "Guide de la Dépendance" est mis en cause !

 

Retour sur le site de l'AFPAP en cliquant ici !