Manifestation - Défauts de soins : une maison de retraite en accusation

Manifestation des familles des résidents devant la résidence le 12 janvier 2005 à 8h30 ...

 

Info du 13 janvier 2005 - MARIE, 83 ans, a été laissée sans soins pendant deux jours à la suite d'une lourde chute où elle s'est fracturée le col du fémur, une omoplate et trois côtes. L'accident n'a pas eu lieu alors qu'elle était seule à son domicile, mais dans une maison de retraite, le Petit-Bois d'Evry (91), le 21 décembre dernier. Après enquête, la justice vient de décider de renvoyer devant le tribunal correctionnel d'Evry l'infirmière qui n'a pas donné l'alerte et la directrice de la maison de retraite pour « omission de porter secours ».
L'infirmière est aussi accusée d'avoir falsifié le registre de surveillance de son service. Ironie du sort, c'est cette même infirmière qui avait alerté pour la énième fois, le 5 décembre, la direction de la maison de retraite sur « le manque criant de personnels faisant courir un risque d'accident aux personnes âgées ». « C'est terrible, il faut que cela tombe sur elle alors que c'est une des seules en qui nous avons confiance », déplore-t-on parmi les familles de pensionnaires. Hier matin, une cinquantaine de parents des 68 personnes âgées résidants au Petit-Bois ont manifesté devant la maison de retraite et envahi le bureau de la directrice, avec le soutien du député-maire (PS) d'Evry, Manuel Valls. Cette manifestation était prévue avant le terrible drame de Noël, qui jette une lumière encore plus crue sur les problèmes de cet établissement.


« Elle a faim ! Je dois lui amener à manger ! »

« Depuis deux ans, les conditions de vie se sont dégradées, explique le fils d'une personne âgée. Le ménage n'est fait qu'une fois par mois et surtout, il n'y a qu'une infirmière vraiment présente pour les 68 résidants ! » Serrées à l'intérieur du bureau de la directrice, qui fait face stoïquement, les familles vident leur coeur : « Ma mère a faim, je dois lui amener à manger, est-ce normal ? crie un autre proche. Il faut faire des efforts pour l'alimenter sinon elle ne mange rien, mais personne ne s'en occupe. Le week-end, c'est même moi qui dois la changer ! » Toutes les familles ont les mêmes témoignages. Elles réclament trois postes d'infirmières à plein temps, le changement de la direction et un vrai service de restauration. « Maintenant, l'étape des demandes est terminée, nous exigeons des actes ! poursuit Manuel Valls. Il faut que cette situation insupportable cesse rapidement. » La directrice a accepté le principe d'une réunion avec tous les intervenants, les élus et les familles la semaine prochaine. « Mais les choses vont s'améliorer, explique-t-elle. Nous avons obtenu la création d'un demi-poste d'infirmière supplémentaire avant la fin du mois, des renforts en aides-soignants et l'arrivée d'un nouveau médecin. Nous faisons avec le budget que nous avons. » Dans un coin, une personne ne dit rien. La fille de la résidante qui a chuté a du mal à comprendre encore aujourd'hui pourquoi personne n'a secouru sa mère : « Après son hospitalisation, elle n'a pas pu parler pendant deux jours. » La justice lui apportera peut-être les réponses qu'elle attend. Article du Parisien du 13 janvier 2005 - Sébastien Ramnoux


Manifestation - Témoignage d'une famille de résident : « Ma mère a failli mourir »

PENSIONNAIRE au Petit-Bois depuis sept ans, la mère de Lina Delaunay a été victime cet été d'une embolie pulmonaire. « Ce jour-là, il n'y avait personne dans le service, l'infirmière n'était pas là, raconte Lina. Malgré les premiers symptômes, elle a dit qu'elle avait trop de pansements à faire pour s'occuper de ma maman.
Ce jour-là, je venais la voir par hasard, c'est moi qui l'ai sauvée. Elle a failli mourir. » Pour Lina, le Petit-Bois n'a pas toujours été dans cette situation : « Avant, c'était tellement bien ! C'était familial, convivial, on venait faire la cuisine dans les chambres équipées avec nos parents, il y avait une vie. C'est le changement de statut, de foyer logement en maison de retraite, qui a tout changé. A 96 ans, ma mère doit payer une femme de ménage pour qu'elle nettoie sa chambre ! Elle vient dans la résidence car le ménage n'est jamais fait correctement. J'aimerais bien sortir ma mère d'ici mais elle ne veut pas, elle est attachée à cet endroit. C'est un crève-coeur de la voir finir ses jours dans ces conditions. »

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Communiqué AFPAP du 11 janvier 2005

Manifestation des familles de résidents à la maison de retraite "Le Petit Bois" 91

Demain, une manifestation se déroulera à l'initiative de familles de résidents afin de dénoncer des dysfonctionnements au sein de l'établissement "Le Petit Bois" (91). En effet, les familles constituées en association souhaitent alerter l'opinion publique sur le sort réservé aux personnes âgées hébergées dans cet établissement.

La manifestation aura lieu mercredi 12 janvier 2004 à 8h30 devant la maison de retraite "Le Petit Bois" - 5 allée Georges Clémenceau - 91000 Evry

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Remerciements aux nombreux médias pour leurs communications autour de l'affaire d'Evry - Le Parisien, 20 minutes, France 3, France bleue, ...

Voir l'archive concernant l'association CEFR - gestionnaire du Petit Bois

RETOUR INFO - AFPAP - Cliquez ici !