Soupçons de maltraitance dans une maison de retraite de Chelles (77)

LA RÉSIDENCE Avia est-elle victime de la malveillance d'une employée qui cherche à se venger ? Les accusations de maltraitance portées par cette dernière contre la maison de retraite chelloise sont-elles au contraire justifiées ? Le parquet de Meaux a, en tout cas, décidé de diligenter une enquête, suite à des lettres de signalement envoyées au procureur de la République au mois de décembre. A l'origine de cette polémique : une auxiliaire de vie, embauchée dans la maison de retraite en mai 2001, en arrêt de travail depuis l'été dernier. Dans un courrier envoyé à la Ddass (Direction départementale des affaires sanitaires et sociales), elle dénonce « le manque d'hygiène, une alimentation périmée, le manque de personnel et des maltraitances physiques ». L'employée, qui a entamé une procédure auprès des prud'hommes pour obtenir son licenciement, parle également de publicité mensongère : selon elle, les activités vantées sur le site Internet de la résidence « n'existent pas ».
Manque d'hygiène et de personnel D'autres salariées et quelques familles ont rempli des attestations pour dénoncer le manque d'hygiène et de personnel dans l'établissement. « J'ai écrit au procureur parce que je m'interroge sur le fonctionnement de cette résidence, dont le personnel n'est pas qualifié. J'attends les résultats d'une éventuelle enquête pour déposer plainte », confie la parente d'une pensionnaire. De son côté, un responsable de l'association Afpap (Association française de protection et d'assistance aux personnes âgées), qui a écrit au procureur de la République, n'hésite pas à parler de « maison de retraite clandestine » : « Elle se présente comme étant un centre médico-social, c'est faux. Cette pension de famille accueille des personnes âgées dépendantes alors qu'elle n'en a pas le droit. Mais je sais que la Ddass n'a pas les moyens de fermer plus de deux maisons par an car elle ne saurait pas où reloger les personnes âgées pensionnaires. » La Ddass, elle, se refuse au moindre commentaire. « Nous menons régulièrement des inspections dans les nombreux établissements dont nous avons la tutelle ou le contrôle. Mais les résultats de nos rapports d'inspection sont réservés à notre direction », explique un responsable.

La résidence Avia, qui suscite aujourd'hui la polémique, accueille des personnes âgées depuis seize ans.

Guénaèle Calant
Le Parisien , vendredi 17 janvier 2003

Ci-dessous, les autres articles de 2004 : après le lancement de la procédure judiciaire par l'afpap en décembre 2002 ...

Maltraitance : Affaire AVIA - L'AFPAP avait alerté les autorités en 2002 - article du 17 avril 2004

Maltraitance : Affaire AVIA - Article du journal "Le Monde" en date du 17 avril 2004

Abus : Le préfet ferme la résidence Avia après le signalement de l'AFPAP - 15 avril 2004

Plainte contre une résidence de Chelles ( 77 )

 

AFFAIRE A SUIVRE ( Dossier afpap N° 01201)


RETOUR INFO - AFPAP - Cliquez ici !