Affaire de la maison de retraite "La Citadine" à Massy ( Essonne 91 )

DES PLAINTES à la pelle, " une situation intolérable " : la maison de retraite la Citadine, à Massy, cristallise le mécontentement des familles de résidants. Toutes dénoncent d'importants problèmes dans la prise en charge des personnes âgées. A tel point qu'hier l'Association française de protection et d'assistance aux personnes âgées (Afpap)* a adressé un signalement au procureur de la République d'Evry.

Des témoignages accablants pour la maison de retraite ...

Pêle-mêle, son président Christophe Fernandez dénonce " des maltraitances et négligences sur le plan médical, humain et sanitaire ". Des accusations étayées par une abondance de témoignages de familles, d'employés mais aussi de médecins. Trois généralistes de Massy ont ainsi écrit à la maison mère de la Citadine. " Les pensionnaires ne bénéficient pas des soins d'hygiène que nécessite leur état ", accusent-ils. Plus grave : " Le suivi de nos prescriptions n'est pas toujours correctement appliqué, entraînant, parfois, de fâcheuses conséquences. " " Le personnel fait ce qu'il peut, confirme l'un de ces praticiens sous couvert de l'anonymat. Mais la situation s'est dégradée depuis deux ou trois ans. Certains patients ont fait plusieurs chutes. On ne peut pas laisser une situation comme celle-ci perdurer... " Une situation d'autant plus étonnante que la Citadine fut parmi les premières maisons de retraite à signer une convention " tripartite " avec la Ddass et le conseil général. Théoriquement, ce label Maisons d'accueil pour les personnes âgées dépendantes (Mapad) atteste d'une certaine qualité d'encadrement, et permet à l'établissement de bénéficier d'avantages financiers. " Sauf qu'en général ce sont le manque de contrôle, l'absence de sanctions et l'opacité qui prévalent ", s'agace Christophe Fernandez. " Nous avons été saisis mercredi, se justifiait-on hier soir à la Ddass. Ce dossier a été évoqué ce matin (NDLR : hier) dans le cadre de la réunion mensuelle du Discepa**. Nous allons étudier ces plaintes, et faire le nécessaire... " " Dès l'été, des familles m'avaient sollicité, reconnaît Jérôme Guedj, vice-président du conseil général en charge des solidarités. Une première inspection à l'automne ne nous avait pas permis de mettre en évidence des faits de maltraitance. Aujourd'hui, un certain nombre de faits semblent cette fois probants. Et en la matière, notre politique, c'est tolérance zéro... "
" Notre politique, c'est tolérance zéro " " Il n'y a pas un jour où je ne pense pas à ce qu'a subi ma famille dans ses derniers moments, confie quant à elle Dominique, dont la mère aujourd'hui décédée a passé plusieurs mois à la Citadine. Ce fut une souffrance pour elle. C'est maintenant pour moi une culpabilité avec laquelle je vais devoir vivre. " Contactée, la directrice de la maison de retraite n'a pas souhaité hier s'exprimer, nous fixant rendez-vous à une date ultérieure.
· *Afpap, numéro vert : 0.800.020.528

" Une seule douche par semaine "

PROBLÈMES D'HYGIÈNE, distribution aléatoire des médicaments, réactions tardives en cas d'accident... la liste des dysfonctionnements pointés du doigt par les familles des résidants est éloquente. En attestent les extraits de ces courriers envoyés par des proches de résidants que nous avons pu nous procurer.

Leurs auteurs se sont regroupés dans un collectif des familles. Nous conservons leur anonymat. - " L'établissement ne possède pas de chauffe-eau propre. L'été dernier (NDLR : en 2005), il n'y a pas eu d'eau chaude pendant trois semaines durant les travaux sur le chauffage urbain. " - " A plusieurs reprises, le personnel n'a pas été mis au courant que le patient devait rester à jeun suite à une prise de sang, témoigne ce pharmacien. Il m'est arrivé de me déplacer pour un patient deux jours après son décès, sans que l'on m'ait prévenu. " - " L'infirmier a administré à mon père du Gaviscon pour lutter contre les maux d'estomac, évoque cet habitant d'Antony. Or ce médicament contient du sodium qui fait monter la tension, alors même que mon père prend un autre médicament pour la faire baisser... " - " Mon père devait manger mouliné car il n'a plus de dents. La cuisine n'ayant pas été prévenue, elle a continué à lui servir de la viande entière pendant plusieurs semaines. " - " La fontaine d'eau fraîche de la salle à manger n'est pas entretenue, dénoncent collectivement les salariés dans un courrier adressé en octobre 2004 à leur direction. Des insectes rampants circulent à l'intérieur du mécanisme mais aussi dans les vaisseliers et dans d'autres lieux de la résidence. L'eau de la fontaine est toujours servie quotidiennement aux résidants. " - " Il y a de gros problèmes d'hygiène, constate cette autre habitante de Massy. Ma mère n'a qu'une douche par semaine. " " Les sous-vêtements sont portés plusieurs jours et sont dans un état innommable. " - " Il y a un défaut de surveillance, accuse cette fille d'une résidante. A la suite de chutes, ma mère a eu six fractures dont le nez, le bras, le fémur... "
Le Parisien , vendredi 24 février 2006

" Ça manque d'humanité "


AMÈRE et en colère. Eliane Fichel ressasse les derniers jours de sa tante, décédée le 5 février. Elle n'était jamais ressortie d'une semaine de coma, suite à une chute.

" C'était le dimanche 29 janvier, raconte Eliane. Je suis allée la voir comme tous les jours. Elle allait bien. A minuit et demi, on m'a prévenu qu'elle avait été hospitalisée. Elle est tombée vers 16 heures. La maison de retraite n'a appelé les pompiers qu'à 23 heures. Déjà, début janvier, elle était tombée... " Pour autant, Eliane se refuse à lancer une quelconque accusation. " Je ne dis pas qu'elle ne serait pas décédée. Elle avait 85 ans. Mais il y a dans cette maison de retraite un déficit généralisé. Ça manque de surveillance, mais surtout d'humanité, et de toutes ces petites choses, ces petites attentions qui font que la fin de vie de nos aînés pourrait être beaucoup plus douce que ce qu'elle est à l'heure actuelle. "
Le Parisien , vendredi 24 février 2006

RETOUR INFO - AFPAP - Cliquez ici !