Inspection surprise à la maison de retraite la Citadine à Massy (91)

Exclusif : Manifestation des familles ... cliquez-ici pour voir les photos et l'article ( format pdf )

Exclusif : Voir le reportage vidéo diffusé au journal de 20h00 du 03 mars 2006 sur TF1 ... Cliquez-ici !

UNE INSPECTION SURPRISE. C'est la forme qu'a prise hier la réponse des services de l'Etat aux dysfonctionnements dénoncés par les familles de la maison de retraite la Citadine, à Massy. Jeudi dernier, une vingtaine d'entre elles, dont les proches sont pensionnaires de cet établissement pour personnes âgées dépendantes, avaient alerté les autorités.

Toutes dénonçaient de " graves négligences " dans la prise en charge des patients. Des témoignages corroborés par ceux de médecins généralistes locaux, qui notaient à la fois des problèmes d'hygiène ou des erreurs dans la distribution des médicaments. Hier matin, les services de l'Etat ont donc effectué, conjointement avec ceux du conseil général, une visite surprise dans les locaux de la maison de retraite. Pendant plusieurs heures, les différents agents ont passé les lieux au crible. On ignore encore ce qu'ils ont pu constater. Mais, d'ores et déjà, certaines voix s'élèvent pour regretter qu'une telle opération n'ait pas eu lieu plus tôt. " Dès vendredi, les dirigeants de la maison de retraite s'attendaient à une telle opération, expliquait-on hier soir auprès du collectif des familles. Notre crainte aujourd'hui, c'est que cette inspection ne donne rien et qu'au final il y ait des mesures de rétorsion en direction du personnel. "


" Il faut crever l'abcès "

Familles et personnel rappellent en outre que la Ddass comme le conseil général avaient été mis au courant de la situation il y a déjà plusieurs mois... D'une manière générale, tous évoquent une ambiance délétère au sein de l'établissement. " Cette inspection, c'est un pansement sur une jambe de bois, dénonce quant à lui Christophe Fernandez, le président de l'Association française de protection des personnes âgées (AFPAP), une association spécialisée dans ce type de dossiers. Pour moi, la réaction des différents services est bien trop tardive. Tout cela manque de transparence. " " L'effet de surprise est limité ", reconnaît Jérôme Guedj, le vice-président du conseil général chargé des solidarités, qui se défend par ailleurs de toute opacité. " Nous présenterons, la semaine prochaine à toutes les parties, les conclusions de cette inspection au cours d'une réunion. Il faut tout mettre sur la table et crever l'abcès. " Contactée une nouvelle fois hier, la directrice de la maison de retraite nous a proposé un rendez-vous à une date ultérieure.

" Un système D permanent "

CE SONT des mots que l'on sent trop longtemps contenus. En un flot ininterrompu, Gabrielle évoque à la fois une ambiance de travail détestable, et confie ses doutes quant à l'impact de l'inspection d'hier. " Par le passé, il y avait déjà eu des visites, se souvient cette employée de la maison de retraite la Citadine.

Et à plusieurs reprises, les jours précédents, nous avions eu droit à une sorte de briefing, pour nous dire ce qu'il fallait faire pour nous y préparer. " D'une manière générale, cette salariée reproche " un système D permanent. La moindre chose est examinée sous l'angle de ce que ça coûte. Il faut se battre pour tout. " Sans compter " la pression. Il y a des caméras dans les bâtiments. Chaque fois que des salariés discutent un peu trop longtemps entre eux ou s'entretiennent trop longuement avec les familles, la directrice vient se joindre à la conversation, évoque Gabrielle. Sur certains points que nous avions demandés pour améliorer le quotidien des résidents, la direction nous avait même rétorqués une fois que nous n'étions pas là pour faire du social. "
* Le prénom a été modifié à la demande de l'intéressée. Le Parisien du 03/03/2006

Voir article concernant les plaintes des familles de la citadine à Massy, en cliquant ici !

RETOUR INFO - AFPAP - Cliquez ici !